Bibliothèque personnelle d’István Frank

La plus ancienne danse macabre au Kligenthal à Bâle, J. J. Berthier. Page 23. Cote BLOR_016
La plus ancienne danse macabre au Kligenthal à Bâle / Joachim Joseph Berthier. - p. 23. - [BLOR_016]

Romaniste hongrois diplômé de la Section des sciences historiques et philologiques de l'École pratique des hautes études en 1948, István Frank (1918-1955) est chargé de cours de philologie romane à l'Université de la Sarre en 1952. Brillant chercheur mort à 37 ans, il s’est illustré avec le Répertoire métrique de la poésie des troubadours et Trouvères et Minnesänger. Il a étudié les œuvres de troubadours catalans comme Pons de la Guardia, Cerverí de Girona ou Berenguer de Noya. Il a participé à plusieurs congrès sur la romanistique, comme le VIIe Congrès International de Linguistique Romane (1953) ou le Congrès International de Langue et de Littérature du Midi de la France (1955).

« Devenu l’ami de Jean Boutière, lorsqu’il sentit la nécessité de léguer sa belle bibliothèque à un centre de recherche, c’est tout naturellement qu’István Frank décida d’en faire don au tout jeune Institut d’Etudes provençales que Jean Boutière venait de créer de toute pièce ».
(La France latine, n°129 (1999) « Les études de langue d’oc à la Sorbonne du XIXe siècle à nos jours » (p.61))

Sa veuve, devenue sœur Douceline en religion, établit le fichier et classa les ouvrages avec deux collaborateurs.

Le Centre d’Enseignement et de Recherche d’Oc possède une bibliothèque consacrée à la langue, à la littérature et à la civilisation des pays d’Oc, anciennes et modernes. La bibliothèque contient un fonds d’ancien français, langue et littérature, ainsi qu’un fonds d’italien, de catalan, d’espagnol. Cette bibliothèque est notamment constituée de différents legs, parmi lesquels celui d’István Frank : le fonds iconographique Jules Charles-Roux, le fonds des Amis de la langue d’oc, le legs Jean Boutière, le fonds René Méjean et le fonds Bibliothèque Publique d’Information du Centre Pompidou. En 2022, le CEROC est devenu la BLOR (Bibliothèque de linguistique occitane et romane). Elle est rattachée à l’UFR de Langue Française de Sorbonne Université.

Bien qu’István Frank soit provençaliste, sa bibliothèque reflète sa curiosité plus générale pour les langues romanes (et parfois non romanes). Les seize ouvrages numérisés constituent un ensemble cohérent et hétéroclite à la fois, riche dans sa diversité. En effet, on peut diviser cette sélection d’ouvrages en quatre parties.

On y trouve des études sur la poésie occitane et romane (son domaine de prédilection), en allemand, en italien et en catalan. Ces études portent soit sur un auteur en particulier (Les Chansons du Troubadour D. Joan Garcia de Guilhade, XIIIe siècle), soit sur un pays particulier (Italie), toujours à l’époque médiévale.

La deuxième partie de cette sélection est constituée d’études de thèmes littéraires en ancien français (Danse des morts, Légendes de l’Antéchrist), ainsi qu’une étude plus isolée sur la littérature celtique (très bien accueillie à sa publication). Un ouvrage sur la littérature chrétienne primitive et un autre sur l’esthétique littéraire viennent compléter ces ressources littéraires.

Le troisième lot est formé d’œuvres de linguistique et de grammaire sur la langue française et italienne, ainsi que d’un ouvrage plus surprenant sur la paléolinguistique et l’origine du langage, fort décrié à l’époque de sa publication en 1927.

Enfin, le dernier ensemble est constitué de document comptables et d’inventaires occitans et espagnols, issus des Archives nationales espagnoles (du clergé) et des Manuscrits consulaires de Limoux étudiés par le Chanoine Sabarthès : ces deux éléments représentent une source d’études linguistiques du Moyen Âge plus historique mais non moins importante.


Accès à la collection